Le néo-colonialisme – Kwame Nkrumah

9,10

Dans cet ouvrage important, Kwame NKRUMAH analyse les rouages du capitalisme monopolistique international en Afrique et démontre que le néo-colonialisme, insidieux et complexe, est encore plus dangereux que le vieux système colonial.

Rupture de stock

Rupture de stock

UGS : NFS_3701544212 Catégorie :
 

Description

PRESENTATION DE L’AUTEUR : KWAME NKRUMAH

Kwame Nkrumah est né le 21 septembre 1909 à Nkroful en Côte-de-l’Or (actuel Ghana). Il fait ses études en Angleterre et aux États-Unis. En 1945, il participe à l’organisation du Congrès panafricain. Il retourne en Côte-de-l’Or en 1947 et devient secrétaire général du parti indépendantiste, l’UGCC (United Gold Coast Convention), qu’il quitte pour fonder un autre parti : la Convention People’s Party (CPP).

 

SA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

Souhaitant l’indépendance, Nkrumah appelle au boycott et à la désobéissance civile. Ce qui lui vaudra d’être emprisonné par les autorités britanniques jusqu’en 1951.

Cette même année, des élections législatives sont organisées par les autorités britanniques qui sont remportées par le CPP. Nkrumah, libéré, est alors nommé Premier ministre et collabore étroitement avec les autorités britanniques. Se basant sur la politique d’« Africanisation de l’administration, de panafricanisme et d’anticommunisme », il décide de développer les infrastructures de son pays grâce aux excédents de l’Office de commercialisation du cacao. Ainsi, le domaine de l’éducation et celui de la santé enregistrent de véritables progrès.

Après les élections législatives de 1956, le CPP remporte les trois quarts des sièges. Nkrumah, fort de son succès, oblige alors le Royaume-Uni à concéder l’indépendance, proclamée le 6 mars 1957. La Côte-de-l’Or devient ainsi la première colonie à obtenir son indépendance après le Soudan (1956).

Le jour même de l’indépendance, Nkrumah décide d’abandonner le nom colonial du pays au profit de l’actuel, en hommage à l’Empire du Ghana. Tout en demeurant dans le Commonwealth, le Ghana de Nkrumah devient, le 1er juillet 1960, une république.

 

Le 24 février 1966, alors qu’il est en voyage en Chine, Nkrumah se fait renverser, sans aucune résistance, par un coup d’État militaire. Il se réfugie alors en Guinée, chez son ami Sékou Touré qui lui propose vainement la coprésidence du pays. Il fonde alors, dans son pays d’exil, une maison d’édition qui publie ses théories révolutionnaires et ses livres sur l’Unité africaine.

 

Tous nos romans sont accessibles ICI

 

Informations complémentaires

Poids 0.233 kg

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le néo-colonialisme – Kwame Nkrumah”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *