Trilogie Kemi Seba, lecture panafricaine

La trilogie Kemi Seba en lumière !
Figure de proue du panafricanisme au XXIe siècle, Kemi Seba est le président de l’ONG Urgences Panafricanistes et l’initiateur du Front Anti-CFA (Front Anti-Colonialiste français en Afrique). Chroniqueur politique au sein de nombreuses TV et radios africaines, essayiste, il est le fondateur de la Tribu Ka. Formé, de 2011 à 2015, en philosophie politique en tant qu’auditeur libre par le savant gabonais Grégoire Biyogo, Kemi Seba est l’un des conférenciers les plus prisés des universités africaines francophones.

Elu ” personnalité politique africaine de l’année ” 2017 par la chaîne Africanews, lauréat de la MJA Intellect 2017, Il décide, en janvier 2018, de refuser le prix américain MIPAD (Most Influential People of African Descent), en rappelant, pour justifier sa décision, qu’on ne peut plus continuer à décerner des prix à des résistants africains pour une guerre qui est loin d’être terminée. Basé à Cotonou, au Bénin, Kemi Seba sillonne le continent africain et le monde afrodiasporique.

  • Supra-négritude – Kémi SEBA

    19,00 Ajouter au panier

Lorsque le 20 avril 2008, de nombreuses personnalités représentant les divers bords de la politique française se sont massées stade de Dillon en Martinique pour assister aux obsèques d’Aimé Césaire, certaines souhaitaient sans doute secrètement, en enterrant ce poète génial, défenseur de la dignité des Noirs, voir disparaître avec lui le concept de la négritude. Entre autres politiciens présents, Dominique de Villepin, Laurent Fabius, Bernard Kouchner, François Hollande, Nicolas Sarkozy, François Bayrou… Pourtant, à la même période, ces mêmes politiciens français participaient à l’interdiction successive de trois organisations d’un polémiste identitaire noir, qui, à travers ses discours politiques en direction des déshérités et des Noirs en priorité, symbolise selon eux, dans la sphère francophone, un danger pour l’ordre public. S’il semble représenter en effet une menace pour l’oligarchie française – au point que cette dernière l’ait placé dès 2006 sous la surveillance de la section antiterroriste et, à partir de 2008, de la DCRI, il reste plus que jamais un espoir pour la nouvelle génération de panafricains révolutionnaires et de dissidents anti-impérialistes de tous bords, qui voient en lui l’homme ayant repris le flambeau de ses pères, et donné à ses jeunes frères et sœurs de nouveaux repères. Cet homme a un nom, qui résonne partout où l’on parle de revalorisation de l’homme et de la femme noirs, dans le monde francophone, et au-delà : Kemi Seba. Le plus souvent, ce nom provoque des tensions, avec d’un côté, ceux qui voient en lui le symbole d’une virilité politique nègre retrouvée, et de l’autre, ceux qui déplorent, à travers sa personne, la naissance malheureuse d’un extrémisme noir jusque-là circonscrit aux États-Unis. Mais au-delà de la sulfure médiatique qui entoure Kemi Seba,…

Terroriste identitaire noir pour l’oligarchie d’Occident, penseur panafricaniste révolutionnaire et médiatique aux yeux des Africains du Continent. Kemi Seba, l’homme qui, depuis plus d’une décennie, bouscule intellectuellement le courant militant panafricain francophone, au point qu’il en est devenu l’idéologue actuel le plus audible, mais aussi le plus controversé, nous livre ici sa partition politique et philosophique probablement la plus aboutie, la plus provocatrice, mais surtout, celle qui, pour les générations futures, sera la plus porteuse d’espoirs et de solutions. Dans un récit effréné, mêlant le phrasé de la rue à un style littéraire des plus soutenus, Seba analyse son retour en Afrique, les difficultés d’adaptation d’une diaspora désabusée par l’Occident, puis l’intégration, sa montée en puissance médiatique, les rapprochements politiques avec les grandes nations résistant au mondialisme, et surtout, la reconnexion avec la pérenne tradition, qui n’est rien d’autre que la clef de protection face à la mondialiste invasion. Figure de proue du panafricanisme révolutionnaire du XXIe siècle, qualifié par les médias d’ “icône du radicalisme noir dans la sphère francophone”, Kemi Seba est un polémiste panafricain dissident, antimondialiste (opposé au brassage globalisé imposé par les élites). Il est le concepteur de la supra-négritude, le fondateur d’Afro Insolent Radio et de la Tribu KA. Formé en philosophie par le savant gabonais Grégoire Biyogo, Kemi Seba est une conférencier prisé dans les universités africaines sur le thème du panafricanisme de construction au XXIe siècle. Entrepreneur panafricain, il appelle au retour des afrodescendants sur la Terre Mère, afin de contribuer au développement de leur continent. Il est basé à Dakar et sillonne le continent africain et le monde afro-diasporique.

  • Black Nihilism – Kémi SEBA

    19,00 Ajouter au panier
  • Supra-négritude - Kémi SEBA
    Rupture de stock

    L’Afrique libre ou la mort – Kémi SEBA

    15,00 Lire la suite

L’Histoire se souviendra que l’année 2017 fut celle d’un début de contestation sans précédent depuis la période des indépendances dans les pays d’Afrique de la zone Franc. Le motif de ces mobilisations ? La dénonciation de la Françafrique, terme générique servant à définir le néocolonialisme effectué par l’oligarchie française qui prévaut encore en Afrique au 21e siècle. Ce dernier se matérialisant par les bases militaires françaises présentes sur la terre Mère, l’utilisation du Franc CFA qui appauvrit le continent africain, enrichit les tenants du système néo-libéral hexagonal, et surtout, la collaboration des réseaux occultes de l’Élysée avec les pires sanguinaires autocrates du continent Africain, ces derniers étant bien souvent « placés » à la tête de ces états par l’entremise du prétendu pays des « droits de l’Homme ». À l’initiative de ces manifestations continentales, un homme qui clive : Kemi Seba. Pour une bonne partie de la jeunesse africaine et caribéenne, il est un héros qui a remis de manière médiatique la question de la souveraineté des peuples afros au centre des débats en ce nouveau millénaire. Pour l’intelligentsia africaine (bien souvent formatée idéologiquement par l’Occident), c’est un populiste, un dangereux démagogue qui pousse la jeunesse à l’anarchie, à la haine anti Occident et à la rébellion contre ses élites endogènes. Enfin, pour les autorités françaises, il est actuellement, la plus grosse menace du courant qualifié de souverainiste africain. Pourquoi ce combat, et jusqu’où ira cette nouvelle génération africaine désabusée et hostile à l’Occident ? Dans ce récit épique écrit dans des conditions périlleuses, Kemi Seba inscrit la lutte contemporaine pour la souveraineté africaine dans les pages de l’Histoire. Une histoire tumultueuse ou géopolitique et résistance locale s’entremêlent pour ne plus être que les deux facettes d’une même pièce face à l’hydre néolibérale.